L’homosexualité : Tendance du XXIème siècle ou genre à exterminer ?

Qu’est-ce que l’homosexualité ?

L’homosexualité était considérée comme une maladie au XIXème siècle. Le neurologue allemand Richard Von Krafft-Ebing considérait qu’il s’agissait d’une « dégénérescence neuropathique héréditaire » pouvant être « aggravée » par une masturbation « excessive ».
L’homosexualité, c’est une orientation sexuelle des personnes qui se sentent attirées affectivement et sexuellement par les personnes du même genre qu’elles.

Historique

L’homosexualité existe déjà depuis l’antiquité. En Grèce, les pratiques homosexuelles étaient courantes entre un maître et un jeune éphèbe.
Au Moyen Age, ces pratiques sont interdites avec l’arrivé du Christianisme en Occident, tandis qu’en Orient, on relève de nombreux exemples de cérémonies qui légitiment, entre deux personnes du même sexe, une relation affective stable reconnue par la collectivité et officialisée par l’autorité religieuse.
Après la Révolution Française :
 En France, on retire les relations entre personnes de même sexe de la liste des délits du Code Pénal.
 En Angleterre, la peine de mort pour homosexualité est abolie et transformée en prison à vie et après, aux travaux forcés.
 En Allemagne, Heinrich Hôssli publie en 1836, « Eros » le premier livre de l’époque moderne à défendre sans détour l’amour entre hommes.
Au XXème siècle, avec l’arrivé du communisme, Lénine dépénalise les actes homosexuels avec la promulgation du nouveau Code Pénal Révolutionnaire. Sous son règne, Staline, procède à de grandes purges.
Sous le régime nazis 1933-1945 et la dictature hitlérienne, les homosexuels sont mis dans les camps de concentration car ils sont en infraction par rapport au §175 du Code Pénal Allemand pour une « relation contre nature ». De nombreuses expériences « médicales » sont pratiquées comme :
 Implantations de glandes synthétiques pour ramener les homosexuels à la normalité.
 1939, castration autorisée par Reichsfürer Heinrich Himmler. Par ces actes de nombreuses personnes sont mortes par infections.
 Entre 90.000 et 100.000 homosexuels ont été arrêtés entre 1933 et 1945.
 Et 10.000 à 15.000 ont péri dans l’univers carcéral et les camps de concentration nazis.

Recherche scientifique

En 1957 une étude fut menée à l’université de Californie, à Los Angeles, qui s’est attachée à démontrer la non conformité de la thèse selon laquelle l’homosexualité est une maladie. Le dénombrement des chromosomes et l’étude des glandes endocrines chez les homosexuels ne révèlent aucune anormalité. Les caractères anatomiques des hommes et des femmes sont déterminés au moment de la conception, mais des facteurs liés à l’environnement influencent plus tard les individus dans l’acceptation de leur rôle. Comme par exemple, un viol pendant l’enfance peut engendrer une haine envers les hommes ou les femmes, ce qui est, je pense compréhensible.

A l’heure actuelle

Malheureusement, à l’heure actuelle, les homosexuels sont encore victimes de rejets. Par exemple :
Lors des cérémonies commémoratives de la guerre 40-45, les gerbes de fleurs destinées à ceux-ci, ont été piétinées. A Paris, cette cérémonie « subalterne » n’est autorisée qu’après le départ des invités officiels, des représentants des autorités et de la Garde Républicaine.
Aux Etats-Unis d’Amérique, le 18 et 29 décembre 2005, des parlementaires condamnent les Emirats Arabes Unis pour la persécution des homosexuels par des traitements hormonaux et psychologiques.
En Arabie Saoudite, le 5 avril 2005, des homosexuels ont été condamnés à 2 ans d’emprisonnement et à 2.000 coups de fouet.
Dans certains états, l’homosexualité est toujours un crime et les homosexuels sont vus comme des « hors-la-loi sexuels ». Les agents de l’Etat les torturent ou les maltraitent pour les forces à avouer ce qu’ils appellent des « perversions » ; parfois ils les violent pour les « guérir ». Il convient également de préciser que la torture et les mauvais traitements sont parfois infligés dans et par la famille. La culture pousse certaines familles à planifier des viols (grossesse forcée) ou à commanditer des traitements médicaux forcés.

Voici quelques témoignages :

Anouchka, 22 ans, Manager dans un restaurant Mc Donald, Homosexuelle.

Avez-vous bien vécu cette attirance, vis-à-vis des parents et amis ?

J’ai eu des problèmes au début avec la famille qui n’acceptait pas trop bien, mais maintenant c’est réglé ma famille s’y est faite.

Quand avez-vous su que vous étiez homosexuelle ? Pendant votre adolescence ?
Je pense qu’on s’en aperçoit avant, dans l’enfance mais qu’on ne comprend les choses qu’à la fin de l’adolescence...On s’empêche de vivre son homosexualité avant pour être plus dans la normalité des autres...

Comment avez- vous ressenti les regards de la société ?

Je n’y ai pas fait attention, au début j’appréhendais un peu de parler de ça ouvertement mais maintenant je m’en fous, celui à qui ça ne plait pas, il va voir ailleurs, je ne vais pas m’empêcher de vivre ma vie pour les autres.

Selon le Swarado, le supplément hebdomadaire du journal « Le Soir », 22% des homosexuels ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours en Belgique. Y avez- vous déjà pensé ?

Jamais, je ne vois pas pourquoi j’y mettrai fin ? Pour cette différence ceux qui veulent en avoir une, moi je suis normale, dans ma normalité à moi... Maintenant tout le monde ne la comprend pas, et bien tant pis pour eux.

Avez-vous eu des problèmes point de vue embauche ?

Il faut savoir se taire au bon moment, taire son homosexualité lors d’un entretien d’embauche est plutôt recommandé parce que on ne connaît pas le « patron » mais une fois rentré dans son boulot, on peut en parler.

Une fois que vous en avez parlé, est-ce que certaine personne ont eu peur ?

Oui, les gens sont réticents à ce qu’ils ne connaissent pas, il faut juste savoir les mettre en confiance et les rassurer sur le fait que ce n’est pas parce que l’on est homosexuel que nous allons les violer dans un coin.

Vous connaissez des gens qui pensaient que vous alliez les violer ?

Et bien oui et d’autres qui ne recherchaient que ça.

Point de vue adoption qu’en pensez- vous ?

Alors là c’est un peu diversifié. Je pense que c’est bien l’adoption parce qu’un couple homosexuel est aussi, voire même mieux adapté à élever des enfants (justement parce que c’est vraiment voulu, vu leur incapacité à ce que ça arrive sans prévenir) et qu’adopter des enfants venus au monde sans rien demander et être abandonnés tout de suite, je trouve que leur donner la chance d’arriver dans une famille correcte et stable, c’est un point positif. Maintenant il faut être d’autant plus indulgent vis-à-vis de l’enfant pour justement lui faire comprendre « la différence ». Maintenant en ce qui concerne l’insémination artificielle, je suis contre parce qu’il n’y aura jamais qu’une « vraie » mère ou un « vrai » père, ce n’est pas bien partagé.
J’en ai parlé autour de moi, et je suis mitigée point de vue adoption.

Si ce sont des hommes qui adoptent une fille quand elle sera en âge d’être réglée, croyez vous qu’il y aura le même partage que mère-fille ?

Il faut construire une stabilité au sein de l’enfant c’est à dire, pour les 2 papas OK pour les 2 mamans mais dans les deux cas, il faut lui trouver quelqu’un de l’autre sexe en qui l’enfant pourra avoir confiance justement pour ces petits désagréments. Un parrain ou une marraine qui reprendrait justement ces rôles de stabilité féminine et masculine, c’est complexe comme sujet. Il faut vraiment le vouloir et je pense que c’est très difficile d’avoir des enfants pour des homosexuels, mais ce n’est pas impossible.

Pendant la guerre 40-45, les castrations et d’autres expériences scientifiques ont été autorisées pour les rendre à la « normale » mais ça persiste encore en Arabie Saoudite, Afrique,...5 personnes ont reçu une peine de 2 ans de prison et 2.000 coups de fouet. Qu’en pensez-vous ?

Le monde est seulement en train de s’ouvrir à la différence quelle qu’elle soit, on ne peut pas en vouloir aux gens de ne pas accepter l’homosexualité surtout s’ils sont poussés par une religion qui les oblige à ne pas penser par eux mêmes.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris