Fiction

19 octobre :
Alex Pelleriaux considérait son grand frère comme un modèle. A 20 ans, elle regardait toujours Frédéric comme l’homme idéal. Il était d’un an plus âgé qu’elle et avait accompli plus de choses qu’aucun membre de la famille n’eût rêvé. Il poursuivait des études de droit, où il s’était fait de nombreuses connaissances utiles, mais les vrais amis ne lui manquaient pas. Les parents, émerveillés par ses succès, lui ouvraient toutes les possibilités de se développer. Après tout, ce n’était pas à mille euros près qu’on comptait les revenus de la famille... Alex et Frédéric n’avaient aucun secret l’un pour l’autre et partageaient tout, ou presque, ce qui permit à la jeune fille de suivre la chute de son frère aîné en même temps que la sienne...

Ca devient de pire en pire : Frédéric ne pense plus qu’à ce gamin, "Ollichou",Olivier de son prénom. Je me demande si mon frère est vraiment homo ou s’il estdéstabilisé par l’alcool et la drogue, que son nouveau copain deale...

21 octobre :
Je crois que j’ai fait une bêtise. Je n’aurais peut-être pas dû coucher avec Antoine. Il n’a pas directement apprécié la nouvelle qu’il allait bientôt devenir papa. Je medemande si maman sera aussi clémente avec moi qu’avec Frédéric. Quand il lui a fait ses aveux, elle s’est tout simplement enfermée dans sa chambre pendant trois jours. Par contre, j’ai un peu peur pour le cœur de papa. Je pense que je devrais attendre qu’il sorte de l’hôpital et qu’ils se soit remis de sa crise cardiaque (pour lui, laréaction post-aveux sera plus violente...).

29 octobre :
Je suis étonnée du fait que j’assume si bien ma grossesse précoce. Sophie est un vrai soutien. Elle me comprend toujours (je crois que c’est plutôt son devoir, vu que c’est elle qui m’a entraînée là-dedans). Ce qui n’est pas le cas de Frédéric : depuis qu’il a avoué à son meilleur ami qu’il était homosexuel, il se retrouve seul dans les vestiaires du club de rugby et dans le couloir, tout le monde le contourne. Cette histoire a fait tout le tour de l’unif : un gars si populaire soudain exclu... Par contre,côté problèmes sentimentaux, on est au même niveau de désespoir. J’ai laissé des dizaines de messages à Antoine, mais il ne m’a pas rappelée une seule fois. Frédo n’a plus revu Olivier. Sof m’a dit qu’il était en désintoxication. Je pensais qu’il traficotait seulement du cannabis, mais ça commence à sentir l’héroïne...
Hier fut la soirée la plus mouvementée de ma vie. Ma meilleure amie Sophie nous a invités à une fête pour son anniversaire. On y est allés à trois, avec Taly, la nouvelle copine de Frédo. C’est seulement en passant leseuil de la porte qu’on s’est renduscompte qu’il s’agissait en réalité d’unesoirée homosexuelle. Mais il ne faut pas croire, les gays savent s’amuser !Quand j’immergeai enfin du tourbillonde corps se déhanchant sans aucuneretenue, j’allai rejoindre Fred qui...gloussait, les joues roses, les yeux brillants, les pupilles dilatées, tenant sur ses genoux un mec qui ne devait pas avoir plus de dix-sept ans ! Quelqu’un me bouscula... C’était Talys’encourant en pleurs...

25 décembre :
J’ai réussi à attraper Antoine, qui a en partie financé mon avortement, de peur de poursuites judiciaires. C’est tout ce qu’il était prêt à faire pour mon bébé et moi. J’ai passé un mois dans mon lit à pleurer. Papa m’a battue. C’est la première fois de ma vie qu’il a levé sa main sur moi. On a toujours été une famille aisée, vivant paisiblement dans notre belle maison, et les histoires de violence ne nous concernaient pas plusque les incendies aux infos. Mais cette fois-ci, papa a craqué... Il ne supportait pas l’idée d’avoir un petit-enfant métisse.Maman m’a lancé en pleurant "Je veux bien un homme, pas noir !". Je ne comprends pas ce racisme, survenu toutd’un coup. Mais il n’y a pas que ça comme problèmes. J’ai rencontré le "Ollichou" de Fred dans la rue. Il n’a même pas fait semblant de se souvenir de son " Frédou ". Leur grand amour m’avait bien l’air superficiel... Fred, lui, est tout à fait mis de côté.

4 janvier :
Plus personne ne luiparle, les mecs ont peur de se faire violer,les filles n’aiment pas les "tapettes". Je pense que Fred va foirer ses examens. Il pourrait étudier de temps en temps ! Pourtant, mon frère n’a pas changé ! Je commence à m’éloigner de mon frère. La nouvelle que son amour l’a oublié l’a tout. C’est fou comme les préjugés peuvent à fait détruit. Il s’est fermé à tous conseils, mots chauds et bonnes intentions. influencer les relations. Moi aussi, je deviens de plus en plus égoïste. Avant, s’il m’arrivait ce que j’endure en ce moment,soudainement moins de copines. Mais il aurait été là pour me tenir la main... Sof me reste fidèle

Noël se déroule dans une atmosphère submergée de larmes

4 janvier :
Ma vie s’effondre. Je suis retournée complètement cassée de mavisite de Fred à l’hôpital. Je me sens tout à fait délaissée. J’ai l’impression que tout le monde me pointe en disant " Hé,regarde cette meuf, elle a avorté son bébé, est en désintox et son frère a fait une tentative de suicide et n’est maintenant plusqu’une plante qui ne la reconnaît plus..."

FIN !

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris