Exemples de pistes créatives

Ces pistes ne sont pas exhaustives, ce ne sont que des pistes de travail pour vous aider à concrétiser votre projet. Un seul mot d’ordre : impliquez vous et soyez créatifs !

Avant de définir votre projet, pensez bien à ses implications :

 publique concerné,
 message transmis,
 planning,
 frais / budget (Amnesty ne pourra pas intervenir dans vos frais d’organisation),
 personnes ressources,
 matériel et local,
 possibilité de présenter le projet lors de l’expo-événement de février 2008.

Quel que soit le projet que vous réaliserez, prenez toujours garde aux informations que vous récolterez. Il faut particulièrement se méfier des informations que vous trouverez sur le Internet. Celles-ci n’étant soumises à aucun contrôle, elles peuvent se réveler fausses. Nous vous encourageons donc à systématiquement vérifier vos sources notamment en consultant
plusieurs sites, ou en vérifiant auprès d’Amnesty.

5.1- CRÉATION D’UNE ANIMATION

Ces pistes sont tirées d’un dossier plus complet réalisé pour le projet « Visages du Monde ». Vous pouvez trouver ce dossier sur le site Visages du monde, à l’adresse suivante : http://www.amnesty.be/spip.php?arti...

A travers une animation, vous pouvez concrétiser toutes les connaissances que vous avez récoltées sur le pays et l’ONG que vous avez choisi, en abordant la culture de ce pays, à travers ses aspects culinaires, ou artistiques, politiques, historiques, géographiques, culturels…mais aussi en vous penchant plus particulièrement sur le respect des droits humains dans le pays en question.

Grâce à cette réalisation, vous allez pouvoir mettre en avant et développer votre créativité, votre imagination !

Pour vous aider dans votre démarche, nous vous proposons différentes animations ayant déjà été réalisées avec succès par Amnesty International et d’autres ONG. Très brièvement, nous vous expliquons les procédures à suivre.

Quelles sont les règles élémentaires à respecter ?
Lorsqu’on organise un événement, on doit se poser les questions : Pour qui, pour quoi, comment, avec qui, quand, où ?
On définit par exemple son public : Qui désire-t-on toucher ?
On ne sensibilise pas de la même manière un enfant et une personne d’un certain âge !

Avant de lancer votre activité, assurez vous que vous ayez toutes les autorisations nécessaires : directeurs, enseignants concernés, bourgmestre, police communale, pompiers, etc.

Prévenez le public de l’organisation d’un événement, et ce de la manière la plus appropriée. Vous pouvez, pour cela, utiliser des affiches, cartes d’invitation, écrire à la presse, etc.

Pour organiser votre animation, vous êtes totalement libres.Vous pouvez prévoir une semaine complète, ou un mois ponctué de différentes animations (par exemple, une par semaine).

De même, vous pouvez combiner les différents types d’animations proposés. Par exemple, organiser une soirée théâtre avec dégustation de repas traditionnel ou encore un Quizz suivi d’une lecture d’un poème, etc.
Vous pouvez aussi utiliser internet et organiser un chat en direct avec l’organisation lors de votre animation. Autre idée : projeter un film ou documentaire parlant du pays ou de la thématique de l’ONG en question.

N’oubliez pas, lors de la réalisation de votre(vos) animation(s), de prévoir un stand Amnesty International : signature de pétitions, achat de bougies, de tee-shirts, de pins, de cartes postales, de calendriers, etc.

5.2- CRÉATION D’UNE PIÈCE DE THÉÂTRE

Ces pistes sont tirées d’un dossier plus complet réalisé pour le projet « Visages du Monde ». Vous pouvez trouver ce dossier sur le site Visages du monde, à l’adresse suivante : http://www.amnesty.be/spip.php?arti...

Le théâtre est souvent utilisé dans la sensibilisation aux droits humains, notamment avec la technique du théâtre action. En effet, il permet de toucher le public par l’émotion, grâce à la proximité avec les comédiens et à la possibilité de s’identifier à un des personnages. Il peut aussi être travaillé comme instrument de réflexion, à différents stades de la création :

 ? Réfléchir avant la pièce au thème qui sera traité, organiser une mise en situation afin de se mettre dans la peau d’un personnage, visionner un documentaire sur le sujet, rencontrer des témoins, etc.

 ? Pendant le spectacle, certaines techniques permettent de faire intervenir le public (voir plus bas le théâtre forum), mais il faut bien les maîtriser avant d’oser se lancer dans l’aventure… Mais la disposition du public, les éléments de
décor et de mise en scène fourniront déjà un cadre qui permettra une approche plus ou moins inclusive des spectateurs dans l’histoire.

 ? Débattre après la pièce avec les comédiens et/ou le metteur en scène de certains aspects des personnages ou de l’intrigue, de les confronter avec la réalité ou l’actualité, ou encore de provoquer le public.

Les différentes formes du théâtre :

Le théâtre « classique » : Cette technique consiste à jouer son texte devant un public « passif ». C’est le cas des pièces montées par Molière, Racine, etc.
Reprenez une pièce ou un extrait de pièce qui vous intéresse (abordant soit une histoire sur le pays que vous avez choisi soit une violation des droits humains) et répartissez-vous les rôles.

Mettez-la en scène selon votre envie !
 ? La création collective : Vous pouvez également inventer vous-mêmes vos pièces de théâtre et les jouer, par exemple, sous forme de jeu, de documentaire ou encore de journal.

 ? Le théâtre forum : C’est une technique théâtrale mise au point par Augusto Boal. Elle consiste à jouer une scène où le spectateur, lorsqu’il n’est pas d’accord avec un des personnages, peut intervenir pour proposer différentes pistes d’action possible. Le spectateur peut, par conséquent, modifier l’histoire pour essayer de convaincre le protagoniste d’adopter une conduite différente. Le spectateur devient « spect’acteur ». Le public est, donc, actif, engagé dans l’action.

Quelle que soit la technique que vous privilégiez, voici quelques éléments auxquels il faut prêter une attention toute particulière :

 ? L’expression corporelle : certains aspects fondamentaux du corps tel le regard, la respiration, la tonicité, la posture et la marche donnent un sens aux jeux des acteurs. Un homme dominant ne se tient pas de la même manière
qu’un homme dominé !

 ? Le silence : Parfois, un silence dit beaucoup plus de choses qu’un dialogue !

 ? La psychologie des personnages : Qui sont-ils ? Votre personnalité doit laisser place à celle du personnage, vous n’êtes plus vous-mêmes mais le personnage que vous jouez. Pour cela, vous devez essayer de comprendre qui il est.

 ? Les repères : Toute pièce a un temps, un lieu et un espace. Le lieu doit exister et il peut être tout simplement introduit par le corps. Prenez le temps de jouer !

 ? La voix : Votre voix est très importante sur scène. Elle doit correspondre aux sentiments que vous jouez. Pour vous « échauffer », vous pouvez aborder le théâtre par des thèmes d’improvisation qui vous permettront d’être plus à l’aide avec la scène et les spectateurs dans un premier temps.

Mais le théâtre, c’est aussi :

 ? L’éclairage : il a un rôle important car il donne l’ambiance de la pièce. Elle sera sombre ou joyeuse, morbide ou féerique… Grâce à l’éclairage, on tend la main à l’émotion de l’acteur. En ce sens, l’éclairagiste est aussi important
que l’acteur !

 ? Le son : lui aussi, il peut donner le ton de la pièce ou en tout cas à une ou plusieurs parties de celle-ci. Imaginez la chute d’un objet lourd sans son serait comme imaginez une pomme sans goût.

 ? Les costumes : Une équipe pourrait s’occuper de ceux-ci, soit en les confectionnant (artistes, à vos aiguilles !) soit en les achetant aux magasins. Le choix des costumes est important : avec ou sans, en rapport ou sans rapport avec la pièce jouée, c’est à vous de décider ! Vous pouvez également
contacter certaines associations culturelles ou folkloriques pour demander des costumes à prêter.

 ? Le décor : toute situation a son décor. Ici aussi, la présence d’artiste est recommandée. Pour ce décor, plusieurs possibilités vous sont offertes : réaliser un décor en rapport avec chacune des scènes jouées, ou encore prendre le parti de jouer sans décor. Une grande liberté vous est accordée. Il est possible également d’introduire sur scène un écran de cinéma ou une télévision et inclure des images vidéo à votre spectacle. Il est possible de louer un projecteur vidéo à un prix raisonnable.

 ? La conception d’affiches : c’est un élément important car l’affiche va donner ou pas l’envie de venir voir le spectacle : il faut qu’elle soit attrayante et visible au loin. Essayez d’être le plus complet sur votre affiche : indiquez-y le titre du spectacle, le lieu, la date et l’heure où il sera joué, le prix (si votre spectacle est gratuit, il est important de le préciser) et le nom des acteurs. Vous pouvez également indiquer le thème de la pièce jouée.

5.3- ANNONCE PUBLICITAIRE/SLOGAN

La publicité nous entoure de toute part. On la retrouve dans les médias (presse écrite et presse télévisée) mais aussi dans la rue. Alors, pourquoi ne pas s’en servir positivement, pour la promotion des droits humains !

Ce message publicitaire pourrait être réalisé :

 ? Sous forme écrite : affiches, cartes, etc.

 ? Sous forme sonore : message oral lors d’une émission deradio scolaire, d’un spectacle, etc.

 ? Sous forme visuelle : photos, dessins, vidéos, etc.

Votre slogan peut être basé sur une expression familière ou un proverbe. Vous pouvez consulter le site des citations à l’adresse suivante : www.citations.fr
Afin de rendre vos messages publicitaires significatifs, vous pouvez les accompagner de dessins.
Vous en trouverez à l’adresse suivante : www.Amnesty-Volunteer.org/publicsou...
Vous pouvez également consulter les affiches « Dazibao » sur le site jeunes à l’adresse : www.amnestyinternational.be/ecrire/...

Quelques trucs pour faire un bon message publicitaire :

 ? Essayer d’être court : 30 secondes maximum.

 ? Les idées les plus simples sont souvent les meilleures.

 ? Ne pas donner trop d’informations, les gens ne s’en souviendront pas !

 ? Vous pouvez utiliser 50 mots en 30 secondes, moins si vous avez des effets sonores. Une idée-clé peut servir de fil conducteur. ( Exemple : Aux Armes, citoyen [en montrant des bics]. Cette idée peut ensuite être déclinée sous différentes formes.)

 ? Vous pouvez être provocant, mais sans jamais tomber dans un discours agressif, qui appelle à la violence. Rappelez-vous que nous ne sommes pas contre les peuples mais contre ceux qui violent les droits humains de ces peuples.

 ? Penser à filmer ou photographier dans un décor qui aura du sens : devant des barreaux, un monument, une affiche d’Amnesty International…
Ces messages publicitaires, ces slogans pourraient être introduits lors d’un spectacle, dans les couloirs, lors d’un concert… Enfin, combinés avec d’autres animations !

5.4. CHANSONS ET CONCERTS SUR LES DROITS HUMAINS (À TRAVERS UNE CHORALE PAR EXEMPLE)

 ? Les chansons suscitent, très souvent, l’intérêt et rappellent les expériences passées.

 ? Elles peuvent être utilisées pour transmettre diverses réalités historiques, culturelles et sociales.

 ? Nombre d’entre elles intègrent des concepts et valeurs liés aux droits humains.

Pour les chansons :

 ? Choisissez un sujet que vous souhaitez examiner à travers des chansons : le pays ou l’ONG choisis ou un thème lié aux droits humains (droit des femmes, droit des enfants…).

 ? Renseignez-vous : Internet, médiathèque…Vous pouvez organiser des groupes de recherche afin de faciliter votre travail. À plusieurs, on est toujours plus fort !

 ? Prenez le temps d’analyser les résultats de vos recherches et discutez-en entre vous. Les informations que vous avez trouvées correspondent-elles à vos attentes ? Sinon, continue vos recherches.

 ? Si vos résultats correspondent à vos attentes, présentez-les au reste de votre classe ou de votre équipe.

 ? Choisissez les chansons sur lesquelles vous allez travailler. Vous pouvez, par exemple, choisir une dizaine de chansons et vous les répartir afin d’organiser un spectacle ou un karaoké. On pourrait aussi imaginer introduire ces chansons
lors d’une manifestation.

 ? Si vous organisez un spectacle, vous pouvez jouer ces chansons sur scène. Imaginez une comédie musicale d’un nouveau genre !

 ? Vous cherchez quelque chose de précis et vous ne trouvez aucune chanson qui colle ? Reprenez l’air et le rythme d’une chanson que vous aimez et modifiez les paroles pour exprimer ce que vous voulez !

Remarque : Si dans votre classe ou équipe, vous avez des musiciens ou un professeur de musique profitez-en pour mettre vos chansons sur une mélodie.
Voici l’adresse d’un site sur lequel vous pouvez trouver les paroles de chansons françaises : www.paroles.net

Pour le concert :

 ? Contacter un groupe de musique (par lettre ou par téléphone).

 ? Vous pouvez également faire une demande de candidature dans votre école, vous y retrouverez peut-être de grands artistes !

 ? Louer une salle, grande ou petite selon votre choix. Vous pouvez également, selon vos possibilités, utiliser une salle de votre école (réfectoire, gymnase...).

 ? Sinon, vous pouvez vous renseigner auprès de centres culturels, maisons de jeunes, salle de bal…

 ? Prévoyez un bar dans la salle. Pour vous procurer les boissons, contacter un brasseur qui vous livrera sur place. Celui-ci peut vous fournir les différentes boissons (eau, bières, fûts,…), les pompes à bières et les verres.

 ? Ne négliger aucun détail : vérifier les toilettes (papier, seaux, brosses et torchons pour nettoyer).

 ? N’oubliez pas de prévoir un fond de caisse pour faire payer l’entrée.

 ? La sono (l’amplification), l’éclairage et le podium peuvent être loués par certaines firmes (demandez d’abord à la direction de votre école de quel matériel elle dispose ! ). Pour un prix plus élevé, quelques-unes d’entre elles vous livrent
le matériel sur place avec du personnel compétent qui se charge de l’installer. Si vous êtes capables de l’installer, vous pouvez vous adresser au ministère de la Communauté française qui vous louera le matériel nécessaire à un prix plus avantageux. Il sera nécessaire de prévoir une camionnette car vous devrez prendre en charge le transport.

 ? Si plusieurs groupes participent à votre concert, n’oubliez pas d’établir un minutage précis (qui passe quand ? Combien de temps ?…) Il est intéressant, dans ce cas-là, de désigner un coordinateur de l’événement qui veille au bon
déroulement des opérations.

Amnesty a mené un projet similaire en 2003-2004 sur le thème de la peine de mort. Pour plus d’informations, se référer à : http://www.paslapeine.be

5.5- CRÉATION D’UNE ÉMISSION RADIO

Ces idées sont tirées du dossier réalisé par l’AMO Samarcande. Vous pouvez commander le dossier à cette adresse : Samarcande asbl, Rue Philippe baucq, 34-36, 1040 Bruxelles, 02/647 47 03, fax : 02/647 03 69, samarcande@skynet.be

 ? Avec la radio, la parole se met en scène et la rencontre s’organise de manière originale.

 ? Avec la radio, on joue à parler et à interviewer. Pourtant il s’agit d’une vraie émission. C’est pourquoi la radio pousse à la réflexion…

 ? Avec la radio, on apprend à écouter l’autre et à se confronter à d’autres opinions.

 ? Avec la radio, on se remet soi-même en question dans ses opinions, on découvre un peu plus qui on est.

 ? Avec la radio, on apprend à structurer ses propos dans un temps limité.
Les différentes étapes

 ? Choix du sujet

 ? Brainstorming avec tous les élèves

 ? Choix des formats d’expression (interview, témoignage, débat, papier)

 ? Choix de l’angle et le découpage de l’émission

 ? Répartition des rôles (rédacteur, présentateur, journaliste, régie)

 ? Travail de recherche sur le sujet (lecture, préparation des questions…)

 ? Conférence : mise en commun

 ? Emission

Nous conseillons fortement de favoriser les participants à avoir le moins de notes possibles lors de l’émission. Il s’agit davantage d’avoir sous les yeux une liste de mots clés auxquels se référer pour s’exprimer. Cela permet d’utiliser des mots
plus simples, propres au langage parlé et de s’assurer un minimum de naturel dans la manière de s’exprimer.
Par ailleurs, le travail de préparation du passage de notes précises à cette liste de mots-clés favorisera une réelle assimilation de la matière.

Le studio et la régie :
Le studio est une pièce insonorisée et aménagée d’une table sur laquelle sont déposés 5 micros. Sur une extrémité de la table, est disposé 1 seul micro, réservé au présentateur, assis face à la régie. Au milieu de la table trône une lampe rouge qui s’allumera lorsque le studio sera en antenne et qui s’éteindra lorsque
le studio ne sera plus en antenne.
La régie est un espace où le régisseur s’occupe de la diffusion réelle en direct de l’émission sur les ondes. Le studio et la régie sont généralement séparés par une vitre.

Préparation de l’émission

Le choix de l’angle : avant toute chose, il est essentiel de choisir l’angle choisi, autrement dit « le thème » avec lequel on va parler d’un sujet. Dans une émission, il y aura un angle principal et parfois des sous – thèmes. La difficulté est alors de les respecter tout au long de l’émission pour s’assurer de ne pas
parler de tout et n’importe quoi sur un sujet. Par ailleurs, cet angle permettra de choisir de manière adéquate les invités lors de l’émission et de les interroger sous le statut correspondant à la manière d’aborder le sujet. Par exemple, Elio Di Rupo
pourra être interviewé soit comme bourgmestre de Mons, soit comme ministre du parti socialiste ou encore en tant que ministre président de la Région wallonne.

La mise en contexte :lors d’une émission radio, l’auditeur est souvent distrait. Pour lui faciliter l’écoute, il est utile de bien définir les différentes parties de l’émission. C’est le pré requis de base. C’est ce avec quoi tout doit commencer, que ce soit l’émission radio, les différentes parties de l’émission ou les interviews.
Il est nécessaire de faire une mise en contexte après chaque rupture. Concrètement, il faudra une mise en contexte au début de l’émission, en milieu d’émission après une rupture musicale, lors de l’arrivée de tout nouvel intervenant. Cette mise en contexte se réalise en énonçant les réponses à 6
questions : Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Quand ? Où ? Comment ?
Par exemple, lors de l’arrivée d’un invité : il est essentiel de réaliser une sorte de mini carte d’identité : qui est-il, sous quel statut il a été invité, etc.
Au début de l’émission, il est utile de bien expliquer le sommaire de l’émission, de dire qui est en studio, d’expliquer les raisons de l’émission, etc.

La conduite de l’émission :il s’agit d’un sommaire détaillé de tout ce qui arrivera lors de l’émission. Tout participant à l’émission détient un exemplaire
qui l’aidera à se situer dans l’émission.Elle contient donc toutes les entrées et sorties des participants et des invités en studio, toutes les coordonnées des chansons, les titres des différentes parties de l’émission.

Les différentes formes d’expression
Il y a plusieurs outils pour parler d’un sujet : l’interview, le débat, le papier, le témoignage et le reportage. Chacune de ces formes d’expression a ses exigences particulières.

L’interview :
Il s’agit de poser des questions à une ou plusieurs personnes sur un sujet choisi. Ces personnes auront été choisies au préalable parce qu’elles sont concernées par le sujet elle doit être bien préparée à l’avance : toujours poser les 5 questions essentielles : QUI ? QUOI ? QUAND ? Où ? POURQUOI ?
quand le contexte a été posé (les 5 questions), poser les questions en fonction de l’angle choisi avant et veiller à ne pas sortir de cet angle.

Le débat :
Il s’agit de réunir plusieurs personnes pour parler d’un sujet. Le débat demande beaucoup de préparation et énormément d’attention lors de l’émission.
Il y a toujours un « meneur » de débat (souvent le présentateur) : c’est lui qui va donner la parole aux gens. Il va donc devoir gérer avec habileté la fait que tout le monde a envie de parler et que tout le monde doit être satisfait : avoir dit ce qu’il
voulait dire, le tout dans un temps limité. De plus, son rôle est aussi d’alimenter le débat = le rendre intéressant en passant d’un thème à l’autre assez rapidement, en y ajoutant des faits nouveaux qui suscitent des oppositions,…

Le témoignage :
Le témoignage est une sorte de récit de vie. Il s’agit pour la personne invitée de parler de manière personnelle, de donner son point de vue sur un sujet. Le témoignage demande un travail de préparation de questions comme pour l’interview mais le journaliste sera moins intrusif, plus suggestif.

Les questions sont là pour :
 ? aider la personne à se rappeler ce qu’elle désirait dire

 ? réorienter son témoignage en fonction de l’angle choisi.

Le témoignage demande beaucoup de diplomatie et de psychologie car la personne qui témoignage va parfois révéler certains faits intimes sur sa vie, ou se rappeler des moments difficiles.

5.6- CRÉATION D’UNE EXPOSITION INTERACTIVE

Vous trouverez toutes les informations nécessaires pour créer votre propre exposition interactive sur le site de la Fédération Française du Jeu de Rôle : http://www.ffjdr.org
Ou encore sur www.fedegn.org pour les jeux de rôle grandeur nature.

Médecins sans Frontières a également organisé un jeu de rôle intitulé « Au camp avec MSF ». Vous trouverez toutes les références sur www.msf.be/fr/aucamp/

Voir également les exemples d’expos et de jeux déjà réalisés par les groupes écoles d’Amnesty à ces adresses :
http://www.amnestyinternational.be/...
http://www.amnestyinternational.be/...

5.7- CRÉATION DE LETTRES VIDÉOS

Idées tirées du dossier « La Lettre Vidéo » - Projet d’atelier vidéo en milieu scolaire réalisé par Reynald Halloy. Reynald Halloy ASBL Grimoire, 8, rue des Cortys, 5580 Rochefort, reynaldh@hotmail.com, Site : www.reynald.be

Le principe de la lettre vidéo est très simple, il consiste à orienter l’élève dans l’écriture d’une lettre à la personne de son choix (en l’occurrence à l’ONG avec laquelle l’école ou groupe de jeunes participe au projet « Citoyen du Monde ») en utilisant les moyens du cinéma : du son à l’image. Il s’agit donc d’envoyer des cassettes vidéos ou des DVD à l’ONG en s’assurant bien entendu que celle-ci dispose sur place du matériel adéquat pour les visionner.

La lettre vidéo est généralement faite à la première personne, néanmoins, il est très facile d’imaginer une lettre vidéo réalisée en groupe où, par exemple, chacun prendrait la parole à son tour, où chacun exposerait une partie de la lettre, où chaque lettre vidéo ferait découvrir un élève différent à l’ONG partenaire.

De plus, la réalisation d’une lettre vidéo n’est pas quelque chose que l’on peut faire individuellement. Ainsi, chaque élève aura l’occasion de participer au projet en se partageant les nombreuses étapes de la réalisation d’un film (storyboard,
repérage, tournage, sonorisation, etc.).

Utiliser le cinéma comme art de la rencontre est à la fois ludique et très enrichissant. Les lettres vidéos peuvent permettre aux élèves de découvrir le monde du cinéma et principalement de la réalisation cinématographique. Elles
peuvent aussi donner un visage plus humain et plus vivant à la correspondance entre l’école et l’ONG partenaire. Les élèves auront ainsi le sentiment de communiquer directement avec les défenseurs des droits humains dans le pays qu’ils auront choisis.

En plus du contact, de la prise de conscience et de la sensibilisation à la défense des droits humains, le projet créatif des lettres vidéos a plusieurs objectifs :
 ? L’apprentissage de la technique et du langage cinématographique : approche rudimentaire en fonction des attentes de chacun.

 ? Approche personnelle et intime du cinéma où l’élève peut laisser aller librement son imagination à travers l’expression de sa propre expérience et de son vécu.

 ? Réalisation d’une lettre vidéo personnelle dans la perspective d’une collaboration collective.

 ? Interdiscplinarité : rencontre de l’image, du son, de l’écriture, de la musqiue dans un même support.

 ? Regard critique sur les médias par la pratique et d’une manière ludique.

 ? Rencontre et échange avec les autres étudiants et enseignants.

La réalisation de lettres vidéos est soumise à une certaine méthodologie (chaque étape est prise en charge par les élèves) :
 ? Présentation avec la caméra (prise de parole et écoute de l’autre)

 ? Apprentisage élémentaire du langage cinématographique (utilisation de la caméra, les mouvements de la caméra, les valeurs de plan, la perception du son, etc.)

 ? Ecriture d’une lettre manuscrite ou orale (Que veut raconter l’élève ? A qui ? Pourquoi ?)

 ? Adaptation cinématographique de la lettre (storyboard : repérage et découpage)

 ? Tournage (filmer les images et enregistrer les sons)

 ? Sonorisation (création sonore et voix off)

 ? Plan de montage (visionnement des rushes et élaboration d’un plan de montage)

 ? Finalisation du projet

 ? Projection

 ? Envoi à l’ONG partenaire.

La création de lettres vidéos, en plus d’être un moyen complémentaire de correspondance avec l’ONG partenaire, constitue un projet créatif en soi. Les élèves ou le groupe de jeunes pourront dés lors, par exemple, faire un montage des images envoyées et reçues afin de les présenter lors de l’exposition
prévue en janvier 2008.

5.8- CRÉATION D’UN SITE INTERNET/BLOG

Familiarisation à l’Internet :
Pour l’élaboration de votre travail, vous devrez à la fois mener des recherches sur la bibliothèque mondiale d’Internet, et créer votre propre site Web. Vous en
apprendrez, donc, les règles élémentaires.

Pensez à utiliser les sites Internet de votre écoles, réseau ou association.
Il est bien plus facile d’ajouter des pages à un site existant que d’en créer un nouveau de bout en bout.

Apprentissage du respect des sources :
Il est essentiel de respecter les droits d’auteurs, que ce soit lors de vos recherches documentaires ou même lors de la création de votre site. Dans ce dossier, un chapitre est consacré aux règles qu’il faut suivre. Prêtez-y attention !

 ? Apprentissage et réflexion sur la structure du site : lors de la rédaction de vos articles, il vous faudra réfléchir à la structure de votre texte et à la structure générale de votre site. En effet, celle-ci doit être logique et facile à utiliser.

 ? Apprentissage du travail journalistique : comme pour un journal, il vous faudra nommer un « rédacteur en chef » ou « administrateur » (professeur ou adulte responsable), qui lui-même sera chargé de nommer des « auteurs » ou « journalistes » (élèves) et de contrôler leur travail.

Pourquoi créer un site Web ?

Il y trois raisons principales :
Grâce à Internet, chacun pourra connaître l’état d’avancement de vos travaux et pourquoi pas, reprendre des informations, faire une critique, poser des questions, etc. Vous pourrez également communiquer avec des élèves de l’autre bout du monde grâce à l’utilisation du Forum ! L’utilisation d’Internet permet, donc, une certaine proximité !

Pour faire connaître l’ONG que vous étudiez et le pays dont vous vous occupez, grâce à votre site, les informations seront diffusées dans le monde entier. En effet, Internet n’a pas de frontière et s’étend sur l’ensemble des continents.
Que peut contenir votre site ?

Avant toute chose, il faut réfléchir au contenu du site. Rassembler les informations, les classer, les hiérarchiser. Rédiger, formuler des titres adéquats, etc. Vous pourrez créer la structure que vous souhaitez par le biais de rubriques et sous-rubriques. A vous de décider de la forme de votre site.

Voici quelques suggestions de ce qui pourrait figurer dans votre site :

 ? Une présentation de votre groupe, école ou maison de jeunes : Afin de ne pas rester dans l’anonymat, il pourrait être intéressant de réaliser une présentation de votre groupe. Vous pourriez également y introduire des photos. Pour cette présentation, nous suggérons que vous utilisiez tous le même titre d’article : l’équipe de rédaction.

 ? Une présentation du pays : Vous pouvez créer dans cette rubrique plusieurs sous-rubriques. Les sous-rubriques peuvent elles-mêmes contenir d’autres sous-rubriques, etc. Vous pouvez y développer : les généralités (habitants, superficie, capitale, langue, etc.), l’histoire du pays (éventuellement souligner les éléments qui peuvent éclairer la situation actuelle en matière de droits humains), l’actualité, les droits humains (y compris les évolutions positives, les améliorations dans cette matière), la culture, la géographie,
etc. A vous de juger et de développer les thèmes les plus pertinents au regard du pays que vous avez choisi.

 ? Une présentation d’un ou plusieurs cas de victimes de ce pays. Pour cela, vous pouvez présenter les cas de victimes décrits dans le dossier « Citoyens du Monde ». Il vous est également possible de présenter des cas de victimes que vous auriez trouvés vous-mêmes. Ajoutez-y des photographies,
témoignages, etc.

 ? Une liste de sites intéressants sur le pays, une liste d’ouvrages, de films ou d’émissions disponibles.

Quelques règles élémentaires d’écriture d’une page HTML (=page d’un site)
Créer des pages Web est presque aussi facile que de créer un document en traitement de texte. Pourtant, une page Web n’est pas de même nature qu’un document écrit, il existe des différences entre ces deux types de documents.

Lors de la création de votre site Web, essayez de garder à l’esprit
ces quelques remarques :

 ? Une page HTML n’a pas de longueur définie. Une seule page Web peut contenir un livre de 250 pages. Mais n’oubliez pas qu’il est plus fatigant de lire sur un écran que de parcourir un livre. Veillez donc à écrire des textes courts, ou à créer un lien vers un autre article plus détaillé.

 ? Une page Web est, avant tout, faite pour être lue à l’écran, en couleur. Par contre, un document de traitement de texte est souvent imprimé sur papier, et en noir et blanc. Adaptez la mise en page, la grandeur des caractères, etc.

 ? Comme pour tout autre document, une page Web s’adresse à un public précis. Dans ce cas, il s’agit essentiellement de jeunes de 12 à 18 ans. N’oubliez donc pas d’adapter votre contenu au public ciblé.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : QUELQUES INFORMATIONS

Toute oeuvre de l’esprit est protégée par le droit de la propriété intellectuelle. On parle également de droit d’auteur. La loi sur les droits d’auteur confère aux auteurs le droit d’autoriser d’autres personnes à reproduire le matériel dont ils sont les auteurs : articles journalistiques, photographies, poèmes, citations,
peinture, etc.

Les ressources disponible sur Internet, même si elles semblent gratuites, rentrent dans ce cadre juridique et leur utilisation légale impose de respecter certaines règles.

La règle est très simple à comprendre mais beaucoup plus difficile à respecter : L’utilisation publique d’une oeuvre doit faire l’objet d’un accord écrit des auteurs de l’oeoeuvre.

Cependant, il existe une exception à la règle : les courtes citations. En effet, celles-ci sont autorisées si deux conditions sont respectées :

 ? Les citations doivent être brèves (une dizaine de lignes).

 ? Elles doivent impérativement mentionner le nom de l’auteur et de l’oeuvre.

Si vous voulez créer un hypertexte (c’est un renvoi direct vers un autre site) dans votre page Web, vous n’avez pas à demander l’autorisation du propriétaire du site pour créer un tel lien. Cet hypertexte est considéré comme une courte citation.

Attention, lors de vos recherches, vous pouvez être confronté à tout un ensemble de pièges qu’il est important d’éviter. En voici quelques uns :

 ? Ce n’est pas parce qu’une oeuvre ne présente pas d’indication interdisant sa reproduction, qu’elle n’est pas protégée !

 ? Le traducteur d’une oeuvre littéraire est considéré comme un auteur. Sa traduction est, par conséquent, protégée. Faites-y très attention !

 ? Les oeuvres étrangères sont protégées par des conventions internationales.

 ? L’exception de courte citation ne s’applique pas aux images !

 ? Un photographe est considéré comme un auteur. Il faut obtenir, dans ce cas-là, l’autorisation non seulement pour l’objet ou la personne représentée, mais aussi celle du photographe.

Lors de la création de votre site, il est très important que vous prêtiez une attention toute particulière aux droits d’auteur. En cas de doute, mieux vaut se passer de la ressource.
Si vous désirez en savoir plus, consultez le site de l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle : http://www.wipo.org

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris