Mexique : une famille en danger /sept. 2003

Action urgente primaire Septembre 2003

MEXIQUE : Une famille en danger !

Amnesty International est préoccupée par la sécurité de la famille de Griselda Tirado Evangelio, une avocate impliquée dans la défense des droits des indigènes qui a été assassinée le 6 août 2003.
Dans la nuit du 11 août, un groupe de personnes non identifiées aurait tenté de pénétrer dans la maison où vit sa famille, dans la municipalité de Huehuetla (État de Puebla). D’après les informations recueillies, quatre ou cinq personnes sont arrivées au domicile de la famille à 23 h30 le 10 août et ont tenté d’ouvrir la porte. Elles ont battu en retraite en entendant des chiens aboyer et en voyant qu’un voisin avait allumé la lumière, mais sont revenues quelques minutes plus tard. Au cours des trois heures qui ont suivi, ces personnes auraient continué à frapper sur les murs et les portes de la maison. Les membres de la famille, parmi lesquels plusieurs enfants, sont restés à l’intérieur, terrorisés à l’idée que ces individus pénètrent dans leur maison.

Ces événements interviennent après l’assassinat de Griselda Tirado Evangelio, la fille de Beatriz et la sœur de Manuela et de Teresa Evangelio. Griselda défendait les droits des "Indiens", ceux qu’on devrait plutôt appeler les "Amérindiens", c’est-à-dire les premiers habitants d’Amérique. Elle était membre de l’OIT, l’Organisation indépendante totonaque), qui . défend les communautés indigènes de la région de la Sierra du Nord de l’État de Puebla et est parfois amené à prendre position dans des conflits fonciers (qui concernent la propriété de la terre). Griselda a été abattue le 6 août dernier entre 4 et 5 heures du matin, alors qu’elle venait de quitter son domicile pour aller travailler.En entendant le coup de feu, sa mère et l’une de ses sœurs se sont précipitées dehors, mais le meurtrier avait déjà pris la fuite. Un proche de la victime a prévenu rapidement le ministère public de la région, mais celui-ci aurait cependant tardé à mener une enquête sur les lieux du crime. Il est donc possible que des éléments de preuve d’une importance capitale aient été perdus.
Griselda Tirado était la fondatrice du Centre d’études supérieures indigènes. Elle a exercé la fonction de conseillère électorale à Zacatlán en 2002 et celle de conseillère auprès de l’IFE, Institut fédéral électoral, pour la circonscription de Teziutlán. Elle voulait également se présenter aux prochaines élections du gouvernement municipal indigène, ce qui lui avait valu de se mettre à dos les "cacicazgos", de puissants chefs locaux.

Informations générales

Au Mexique, les personnes qui défendent les droits des indigènes sont souvent la cible d’actions menées en représailles à leurs activités de défense des droits fonciers et d’autres droits collectifs. Leur sécurité est souvent menacée et, en général, les responsables présumés ne sont jamais traduits en justice. Le Mexique, comme la plupart des pays en Amérique centrale et du Sud, est divisé en une petite minorité de riches propriétaires, qui détiennent 80% des terres, et une grande majorité de personnes qui ne possèdent pas de terres et sont forcées de travailler pour des salaires de misère et dans des conditions très pénibles. De plus, les Amérindiens n’ont pas le droit d’utiliser leur langue dans les démarches officielles et sont souvent victimes de racisme.

MODELE DE LETTRE

Monsieur le Gouverneur,

Nous sommes vraiment inquiets pour la sécurité de la famille Tirado Evangelio, qui a été la cible d’actes d’intimidation menés par de individus non identifiés le 11 août.

Nous vous demandons d’assurer la sécurité de ces personnes, selon leurs souhaits ;
Pouvez-vous faire ouvrir immédiatement une enquête approfondie sur les événements du 11 août, et en rendre les résultats publics ? Nous vous prions de poursuivre en justice les
responsables présumés de ces intimidations.

Nous vous demandons également que soit ouverte sans délai une enquête exhaustive et impartiale sur l’assassinat de Griselda Tirado Evangelio.

Cette femme ne faisait qu’exercer son droit en défendant les communautés indigènes. Nous espérons que la lumière sur son assassinat sera bientôt faite.

Nous espérons que vous tiendrez compte de notre lettre. Avec nos meilleures salutations,

Classe de ...
Adresse :
Signatures :


APPELS A :

Gouverneur de l’État de Puebla :
Lic. Melquiades Morales Flores
Gobernador del Estado de Puebla
Palacio de Gobierno
Av. Reforma No. 711 Altos Col. Centro
Puebla 72009, Estado de Puebla, Mexique
Fax : 00 52 22 46 02 71

Ambassade du Mexique
av. F. Roosevelt, 94
1050 Bruxelles
fax : 02/644 08 19

Merci d’écrire le plus vite possible !

OPERATION COURAGE

Envoyez vos encouragements aux organisations qui luttent pour le respect des droits humains au Mexique.

Envoyez-leur une lettre ou un dessin, si possible en espagnol, à l’adresse suivante :


Centro de Derechos Humanos "Miguel Agustín Pro-Juárez" A.C.
Serapio Rendon 57-B
Col. San Rafael, 06470
México D.F., Mexique
Fax : +52 55 535 6892

BONNES NOUVELLES

SOUDAN
Neuf hommes ont été libérés le 25 avril par l’Armée de libération du Soudan (ALS) lors de l’offensive que celle-ci a menée sur el Fasher, capitale de l’État du Darfour septentrional. Ils avaient été arrêtés entre le 1er et le 12 avril, et n’avaient été inculpés d’aucune infraction.

ISRAËL ET TERRITOIRES OCCUPÉS
Jihad Shaker Abu Ayesh adolescent de 15 ans et Hussam Sameh Zeitun, adolescent de 16 ans ont été remis en liberté.

Le 15 juin 2003, ces deux jeunes ont été libérés. Ils étaient détenus dans le camp militaire de Huwara, près de Naplouse. Ils avaient été arrêtés le 31 mai dernier par des soldats israéliens, alors qu’ils se trouvaient à un poste de contrôle situé à Huwara. Ils y vendaient des boissons à des Palestiniens qui patientaient dans une file d’attente. Pendant leur maintien en détention, ils se sont vu refuser l’autorisation de consulter un avocat ou de recevoir la visite de leurs proches. Ils n’ont été inculpés d’aucune infraction.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris