GUINEE EQUATORIALE : des centaines de familles sans maison ! (AUP - 01/07)

Bonne nouvelle ! Les familles ne sont plus menacées, grâce à toutes les lettres envoyées par les membres d’Amnesty !

La menace qui pesait sur 360 familles de la capitale, Malabo, à qui l’on avait ordonné de quitter leur logement avant le 2 janvier, n’a pas été mise à exécution. Selon un habitant de La Vigatana, l’une des localités visées, cette victoire a été obtenue grâce à l’intervention des membres du Réseau Actions urgentes.

Les habitants de La Vigatana ont rencontré à plusieurs reprises des membres du gouvernement. Il semble que les pouvoirs publics soient actuellement en train d’aménager les terrains situés à Basapú-Fiston (Fishtown), où les familles expulsées doivent être relogées (préparation d’un accès routier et raccordement aux réseaux d’eau courante, d’électricité et de tout-à-l’égout).

Lors d’une réunion tenue le 17 janvier, le ministre des Infrastructures et de l’Urbanisme aurait donné l’assurance aux habitants de La Vigatana qu’ils ne seraient pas expulsés avant que les terrains soient aménagés et que chacun ait construit sa maison à Basapú. Il n’a pas fixé de délai dans lequel les habitations devaient être prêtes. Le ministre a également affirmé aux habitants qu’ils se verraient attribuer un terrain d’une superficie égale à celui dont ils disposent actuellement. Les lots n’ont toutefois pas encore été répartis et l’on n’est pas certain que chacun bénéficiera de la même surface qu’aujourd’hui.

La question des droits des occupants et des titres de propriété n’a jusqu’à présent pas été négociée, ni même discutée. Les habitants n’ont reçu aucune compensation pour les pertes subies, pas plus qu’ils n’ont été consultés pour l’évaluation de leurs biens – y compris les terrains et les habitations. Celle-ci a été menée de manière unilatérale par les autorités.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Amnesty International continuera à surveiller la situation et interviendra de nouveau si nécessaire, afin de mettre un terme à d’éventuelles expulsions forcées.

ACTION URGENTE INITIALE - NE PLUS AGIR

Plus de 100 des 360 familles qui étaient menacées d’expulsion ont été chassées de force de leur maison à Malabo (capitale de la Guinée équatoriale). Les familles n’ont reçu aucune proposition de relogement ou de dédommagement satisfaisant. De plus, ils n’ont pas pu contester la décision d’expulsion devant un tribunal.

Les maisons de ces familles ont été détruites pour construire un parking de casino ou même pour élargir une route !

Certaines familles ont reçu un document pour les informer qu’elles devaient quitter leur maison à peine 2 jours avant qu’on la démolisse !

En échange, les familles n’ont rien reçu ! Elles n’ont même pas eu de réponse pour les pétitions et les réclamations qu’elles ont fait.

Certaines de ces familles n’ont même pas encore trouvé de nouveau logement !

Il semblerait toutefois que les autorités aient prêté des terrains aux familles qui ont été expulsées. Cependant, ces terrains ne sont pas raccordés à l’eau courante, l’électricité, le tout-à-l’égout et manque d’équipements de base !

MODELE DE LETTRE

Monsieur le Président de la République,

Nous sommes des enfants de ... (âge) de l’école ... (nom de l’école) en Belgique.

Nous sommes très inquiets à l’idée que plus de 300 familles soient toujours sous la menace d’une expulsion.

Nous sommes aussi très préoccupés par le fait que de nouvelles expulsions forcées aient eu lieu à la fin du mois de novembre et le 3 décembre le long de la route d’Atepa et dans le quatier de La Paz.

Nous vous demandons donc de trouver une solution de relogement acceptable aux familles qui ont été victimes de ces expulsions mais aussi pour celles qui ont été chassées du quartier de Ministerio de Obras Públicas.

S’il vous plait, essayez d’arrêter les expulsions forcées et mettez en place ce qu’il faut pour qu’il n’y en ait plus.

En espérant que vous tiendrez compte de notre lettre, veuillez accepter, Monsieur le ... (Premier ministre/ Ministre), l’expression de nos meilleurs sentiments.

Nom, prénom :
Adresse :
Signature :

APPELS À (Attention ! N’intervenez plus après le 01/02/07)

General Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ;
Presidente de la República ;
Gabinete del Presidente de la República,
Malabo ;
Guinée équatoriale.
Formule d’appel : Monsieur le Président de la République,

Premier ministre :
Sr Don Ricardo Mangue Obama Nfube ;
Primer Ministro ;
Gabinete del Primer Ministro ;
Palacio del Pueblo,
Malabo,
Guinée équatoriale.
Formule d’appel : Monsieur le Premier Ministre,

Ambassade de la République de Guinée Equatoriale
Avenue F.D. Roosevelt 70,
1050 Bruxelles
Fax : 02.346.33.09
Email : guineaaecutorial.brux@skynet.be

INFORMATIONS GENERALES : Guinée équatoriale

Continent : Afrique
Capitale : Malabo
Population : +/- 470 000 habitants
Langue(s) parlée(s) : espagnol et français
Monnaie : franc CFA
Pays limitrophes : Cameroun et Gabon

LE SAVAIS-TU ?

La Guinée équatoriale est un état d’Afrique centrale. Une partie de ce pays regroupe plusieurs îles dont celle de Bioko où se situe la capitale Malabo.
Malheureusement, les droits humains ne sont pas toujours respectés dans ce pays. Il existe notamment des problèmes au niveau du logement mais aussi par exemple au niveau de la liberté d’expression. En effet, la presse indépendante n’existe quasiment pas en Guinée équatoriale. Les rares journalistes travaillant pour les agences ou les médias internationaux sont surveillés, mis en garde ou menacés. On ne critique pas le Président, sa famille ou son clan !

POUR ALLER PLUS LOIN

Les enfants de Don Quichotte : afin de trouver une solution au logement pour les sans-abris en France, des artistes ont installé des tentes le long du canal Saint-Martin à Paris. Le gouvernement a répondu positivement à cet appel !
Allez visiter : http://www.lesenfantsdedonquichotte...

OPERATION COURAGE


Emprisonné pour son appartenance à une organisation de défense des droits humains, l’exercice de la liberté d’expression et d’association.

Raúl Arencibia Fajardo fait partie de la fondation Lawton des droits humains. Cette organisation se bat pour la défense de tous les droits de la personne, en particulier le droit à la liberté d’expression.

Cet homme a été arrêté avec 16 autres personnes après qu’ils eurent tenté de se réunir chez lui pour discuter de questions sur les droits humains. Ils devaient discuter pendant cette réunion du projet de créer un mouvement de défense des droits humains baptisé "Amis des droits humains".

À l’exception de quatre d’entre eux, dont Raúl Arencibia Fajardo, ces personnes ont été libérés. Amnesty international les considère comme des prisonniers d’opinion qui sont emprisonnés pour la seule raison d’avoir utilisé leur droit à la liberté d’expression et d’association. Soutenez-le avec vos voeux les plus chaleureux.

AGISSEZ !

Envoyez des cartes et des lettres de soutien et de solidarité à Raúl Arencibia Fajardo. Vos lettres lui fourniront un énorme soutien et une force considérable dans cette période difficile. Ne faites pas allusion à la situation politique du pays ou aux accusations portées contre les individus.

Envoyez vos lettres à :
Raúl Arencibia Fajardo : 1580 Prison, San Miguel del Padrón, La Havane, Havana province, CUBA

BONNE(S) NOUVELLE(S)

Pakistan : Samiullah Baloch (24 ans) a été libéré le 10 décembre. Son frère Obaidullah Ali Baloch avait déjà été libéré au mois de juillet. Le sénateur Sanaullah Baloch, frère des deux hommes, a envoyé une lettre de remerciements à Amnesty International : « Je suis profondément reconnaissant [...] à Amnesty International pour la libération de Samiullah Baloch [...] [Ma famille et moi-même] tenons particulièrement [...] à vous remercier de toute la sollicitude que vous avez témoignée et de tous vos efforts en vue d’obtenir la libération de mon frère. Votre mobilisation et votre soutien, en cette heure grave et difficile, nous ont redonné courage et espoir ; ils ont abouti à la libération de Samiullah Baloch dans de bonnes conditions de sécurité. » Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels !

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris