Journée "Pas d’accord, j’assume" à l’Athénée Royal Vauban de Charleroi

J’arrive à l’heure fixée devant l’imposant ancien batiment de l’Athénée Vauban malgré que les éléments aient tout tenté pour m’empêcher d’y arriver. Le temps est minable, il pleut et le vent semble vouloir m’expédier au Luxembourg.

Je suis pourtant accueillie par une chaleureuse enseignante de morale, Mme Duriau, qui me dirige vers la salle d’exposition en traversant le grand édifice.
On passe devant la cour de récréation, les casiers, le réfectoire et finalement, derrière deux grandes portes, voici une très grande salle tapissée de beaux dessins et affiches où l’on reconnait tout de suite des silhouettes et visages de femmes.

Une des façades de l'exposition

On m’explique que de nombreux élèves de presque toutes les années ont participé à différents types d’activités.

Je commence tout de suite par découvrir un groupe d’élèves de première, accompagnés par Mme Van Gheem qui leur rappelle ce qu’ils ont entendu en classe : la différence entre stéréotypes et préjugés. Elle leur demande de placer un autocollant Amnesty sur la violation des droits sexuels et reproductifs qui les touche le plus, écrites sur un grand drapeau de Super Tity. Chaque enfant m’explique individuellement pourquoi il n’aime pas en particulier un type de violence.

Un enfant n’aime pas les discriminations car nous sommes tous égaux, un autre n’aime pas le viol car on a le droit à être tous respectés... finalement le dernier me dit qu’il n’aime pas les mariages forcés par ce qu’il a entendu dire que l’on marie les gens avec leurs familiers, et lui il aime pas son petit cousin et a pas envie qu’on l’oblige à se marier avec lui !

Super Tity et les droits sexuels et reproductifs

Après, nous nous asseyons et assistons au spectacle enregistré par les étudiants des classes artistiques. Le spectacle est incroyable : un groupe extrêmement talentueux de jeunes filles et garçons s’expriment par le chant, par la poésie, par la danse (entre autres sur "Marry the night" de Lady Gaga) et même en beat-boxant sur ce qui les touche dans les droits sexuels et reproductifs. On apprécie particulièrement qu’ils aient réfléchi sur comment ces droits peuvent les toucher eux-mêmes en Belgique, à l’âge où l’on tombe amoureux pour la première fois et l’on vit ses premières expériences.

Par la suite, on analyse les differents projets artistiques réalisés par les 3èmes, 4èmes, 5èmes et 6èmes de l’Athénée. Chaque année a du réaliser un projet différent et adapté à l’âge des participants.

Toutes les pièces artistiques sont très belles et créent des émotions très différentes : si celles sur l’excision sont très touchantes et tristes, d’autres artistes ont réussi à transmettre avec beaucoup de sympathie et ironie des sentiments plutôt tragiques...

...c’était par exemple assez rigolo reconnaitre dans le tas des images du mariage ultra-médiatisé du prince William et de Kate Middleton dans la section mariages forcés.

... où le fameux nu de Carla Bruni dans la traite des êtres humains.

En conclusion, l’exposition de sensibilisation aux droits fondamentaux qui aura eu lieu du mercredi 16 octobre au mardi 21 octobre aura été visité par presque tous les 700 élèves de l’Athénée.

On applaudit les trois enseignantes des cours philosophiques - Mme Duriau, Mme Van Gheem et Mme Lurkin - pour la réalisation de cette belle exposition, mais surtout pour le grand travail pédagogique qu’il y a derrière : ce n’est pas évident d’arriver à sensibiliser des jeunes ayant jusqu’à 7 ans de différence entre eux sur leurs droits.
Partir de l’expérience personnelle de ces jeunes filles et garçons et de ce qu’ils ressentent eux, plutôt que les mettre face à des statistiques qui peuvent leur sembler lointaines, nous semble une excellente idée.

Les enseignantes de morale : Mme Van Gheem et Mme Duriau

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris