GROUPES-ECOLES : l’exemple de l’IND Tournai

Comment l’IND Tournai a fait du bruit autour d’une action urgente

"Nous avons récolté 213 lettres pour le jeune congolais et allons les envoyer ce jour (ça a marché super : il faisait un temps magnique ce jeudi, nous nous étions mis au centre de la cour avec tables, enveloppes avec le sigle de l’école,des affiches avec adresses des destinataires, réalisées par un collègue artiste peintre. Un de mes élèves de 6ème qui sait jongler et que j’avais “embauché” expliquait l’action dans la cours, nous avions mis de la musique africaine . Delphine était partie à la salle des profs.

Nous étions débordés par le nombre.... Nous avons dû refaire des photocopies de la lettre en catastrophe et recommencer sur le temps de midi et à la récréation de l’aprèm.

A titre d’information pour d’autres antennes -écoles, je te transmets ce que j’ai fait la veille et qui a été , je crois , un grand élément de cette réussite.
J’avais le mercredi matin 2 heures de cours en suivant avec la classe de 4ème dont je suis titulaire . A l’intercours, je leur ai demandé de faire semblant de dormir. Cela m’est venu subitement quand j’ai vu que plein d’élèves en passant dans le couloir regardaient dans ma classe. J’ai expliqué à mes élèves que nous allions par ce biais là faire parler du groupe Amnesty. Ils ont marché à fond (5 élèves de cette classe étaient présents à Bruxelles lundi )et tout en étant couchés sur leur banc, je leur parlais du jeune congolais. Je leur disais aussi qu’on allait leur poser des questions ; de fait... ils ont juste répondu , comme convenu avec eux , que c’était pour Amnesty International.

Ils m’ont dit en souriant qu’on les avait regardés bizarrement...et que certains même les avaient traité de fous de faire cela, ou d’accepter de faire cela . Mes élèves ont compris que l’important c’était le but que nous allions peut-être atteindre. De fait, nous aurons des nouveaux membres, avons fait signer pas mal de lettres et celui qui ne sait pas que le groupe AI existe à l’école, c’est qu’il est aveugle .

J’ai un collègue qui m’a demandé si je les calmais car ce collègue avait eu ces élèves l’année dernière et ils étaient assez turbulents....Personnellement, je les trouve plein d’énergie de fait mais en début d’année, en prenant le temps de leur parler sur la façon de travailler, en les respectant et en prenant le temps de les écouter, pas de souçis (il est vrai aussi que je leur donne math et que j’ai bcp d’heures de cours avec eux) . C’est une chouette classe pour lequel je ne devrai pas et n’auraient aucune envie de les calmer en leur demandant de se coucher sur leur banc."

Extrait d’un message de Christine Terryn, IND Tournai

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris