Agir via les arts graphiques ou la peinture

Le groupe de l’Institut Daschbeck, à Bruxelles, a participé à la réalisation de toiles pour un labyrinthe sur le thème du droit d’asile , avant d’obtenir un rendez-vous avec le directeur du centre fermé 127 bis pour lui faire part de ses préoccupations. Elle a aussi construit des objets symboliques pour attirer l’attention des élèves : un mannequin d’enfant soldat et un bic géant invitant les gens à signer les pétitions.

Pour attirer l’attention, rien de tel que de faire des dessins humoristiques que vous collerez un peu partout dans l’école, des couloirs aux WC en passant par les cages ou les marches d’escaliers (assurez-vous d’abord que vous avez l’autorisation de la direction). Pour trouver des dessins ou logos utiles dans vos campagnes, rendez-vous sur le site www.Amnesty-Volunteer.org

Pensez à varier vos supports : pourquoi ne pas créer votre œuvre sur un miroir, comme beaucoup d’antennes l’avaient fait à l’occasion d’une campagne en faveur des droits des femmes ? Autre idée : utilisez des T-shirts pour faire passer votre message. Par exemple, inscrivez les lettres du mot Amnesty sur 7 T-shirts (7 lettres différentes) afin de refaire le mot lorsque vous manifestez.

Encore une très bonne idée : le groupe de St Dominique (Bruxelles) avait réalisé une année le journal de classe de l’école. Au fil de l’année, les élèves ont ainsi pu découvrir des photos, des témoignages, des dessins ou des poèmes liés à Amnesty.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris