Un an après le Printemps arabe

Il y a un an, les révolutions populaires secouaient le Moyen Orient et le Maghreb, emportant avec elles les dirigeants contestés. Mais un an après, qu’en est-il vraiment ?

Mohamed Bouazizi n’aurait jamais cru que son geste désespéré ce 17 décembre 2010 déclencherais une vague de révoltes pour les droits humains sans précédent dans le monde arabe. Un mois plus tard, le dictateur Ben Ali au pouvoir depuis 23 ans, quitte le pouvoir.
300 manifestants y auront laissé leur vie.

Cette victoire en a motivé d’autres, en Libye, en Égypte, au Yémen, et aussi en Syrie, déterminés à mettre un terme au règne oppressant et répressif dans lequel ils vivent. Kadhafi et Moubarak quittent le pouvoir respectivement en octobre et février.

Toutefois, d’autres comme Bachar al-Assad en Syrie résistent encore, et répriment dans la violence ces mouvements de révoltes.

Un an après, quel bilan peut-on tirer de ce combat pour les droits humains ?

Pour certains le combat continue, pour d’autres les premiers changements ont commencés, pas toujours à la vitesse voulue. Toutefois, les sociétés sont a reconstruire complétement et chacun y met du sien pour avancer. Les premières élections ont déjà donné leurs premiers résultats : les partis islamiques arrivent en tête en Tunisie et en Égypte, tandis que l’après Kadhafi se prépare doucement en Lybie.

Aziz, 21 ans, étudiant et coordinateur des jeunes de la section AI Tunisie confie ses attentes après cette année bercée par la révolution :

"Un an après la révolution, nous continuons à manifester, et nos revendications n’ont pas changé : emploi, justice sociale et amélioration des conditions de vie. Depuis les élections d’octobre dernier qui se sont tenues pour former l’Assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle Constitution, les changements peinent ainsi à se concrétiser. D’un côté, cela peut paraître normal, mais de l’autre...(...)"

Il reste aussi beaucoup à faire en Libye comme en témoignent Nadia, une étudiante de 21 ans :

"Pour l’instant pas grand-chose n’a changé en Libye, depuis la chute de Kadhafi. Même si je soutiens à 100% la révolution ! Bien sûr internet, l’électricité, le gaz, tout ça a été rétabli. Mais on aimerait surtout avoir du travail ! Maintenant je me sens libre et c’est difficile d’expliquer vraiment ce que je ressens... Ce qui est sûr, c’est que le 20 août ( NDLR : le jour où la capitale de Tripoli s’est soulevée et, en moins de 48h, a été libérée) restera l’un des plus beaux jours de ma vie !"

TÉMOIGNAGE

Egypte : libre, un militant parle de la situation politique de son pays

TU VEUX EN SAVOIR PLUS ?

Les témoignages et la structure ont été repris du Journal des jeunes d’Amnesty International France. Pour lire tout l’article cliquez ici

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris