Mais que se passe-t-il en Ukraine ?

Le mercredi 18 Février 2014 en l’espace de 48 heures le ministère de la santé ukrainien a déploré la mort d’au moins 35 Personnes ?

Depuis quelques semaines maintenant, la place Maidan, place centrale de Kiev, est devenue la scène d’affrontements terribles entre Euromaidan et policiers. Que se passe-t-il en Ukraine ? Pourquoi ces affrontements ?

As-tu déjà entendu parlé du mouvement Euromaidan ? Savais-tu que c’est le plus grand rassemblement pro-européen de l’histoire ? Ce mouvement citoyen est né le 21 novembre 2013 et proteste contre le refus du gouvernement de signer un accord d’intégration avec l’Union européenne. Il est composé de jeunes de classe moyenne et d’étudiants, dotés d’une conscience politique mais qui n’appartiennent à aucun parti et ne cherchent pas à accéder au pouvoir.

La répression policière, la mort de manifestants, et surtout le non respect des droits humains ont bouleversé la nature du mouvement Euromaidan qui est passé de la lutte pour l’ouverture vers l’Union européenne à la lutte contre un régime policier.

Une nuit sur le Maidan : témoignage

Zorian Kis, coordonnateur Campagnes à Amnesty International Ukraine, a passé la nuit sur le Maïdan, lemercredi 19 février. Les violences des 19 et 20 février ont fait plus de 70 morts parmi les manifestants et au moins 20 chez les policiers.

Quand de violents affrontements avec la police ont encore une fois éclaté mercredi 19 février, l’insécurité ambiante nous a forcés à fermer le bureau de Kiev.
J’ai passé la nuit sur le Maïdan [...], puis la police est arrivée et a tenté pour la troisième fois de « nettoyer » la zone.
Plus tôt ce jour-là, plus de 30 manifestants avaient été tués par balle dans le centre de Kiev. Les policiers ont utilisé des balles réelles, de nouvelles grenades russes incapacitantes, du gaz lacrymogène, des balles en caoutchouc, trois canons à eau et deux véhicules de transport de troupes contre les manifestants. On se serait vraiment cru en guerre […] Tandis que les policiers commençaient à démanteler les barricades, les manifestants ont créé un mur de feu tout autour d’eux, brûlant des pneus et toutes sortes d’objets inflammables, y compris des vêtements.

Il y avait environ 5 000 personnes sur la place, et chacune d’entre elles a joué un rôle. Certaines ont formé des files pour acheminer pierres et pneus jusqu’aux jeunes gens se trouvant en première ligne, qui risquaient leur vie pour sauver la nôtre. J’ai vu des milliers de personnes incroyablement concentrées, dignes et courageuses. Étudiants, retraités, branchés, russophones et ukrainophones, intellectuels et mineurs, ils étaient venus du pays tout entier. Je me sentais fier d’eux.

Je me tenais près de la scène principale quand une balle en caoutchouc m’a atteint à la jambe. Comme elle avait été tirée de loin, je n’ai pas été blessé, et la douleur n’a duré que cinq minutes environ.
Quand j’ai crié « aïe », les gens autour de moi se sont retournés, prêts à aider. Ils n’avaient pas peur du tout. Je leur ai dit que ça allait, et nous avons tous ri ensemble. Deux minutes plus tard un des dirigeants de l’opposition a été blessé par une balle en caoutchouc, alors qu’il s’exprimait sur la scène principale. Le tireur avait pris son visage pour cible. [...]

La plupart des personnes touchées par des balles à Maïdan ont été blessées au cou. J’ai parlé à l’un des médecins, qui m’a dit qu’elles n’avaient aucune chance de survivre à leurs blessures et qu’elles avaient manifestement été visées par des professionnels qui tiraient pour tuer.
Des dizaines de corps ont été déposés sur le Maïdan et devant le bâtiment de l’administration municipale. J’ai vu des hommes prier et pleurer à côté de leurs amis décédés. On ne sait pas encore combien de personnes ont perdu la vie, mais le chiffre dépasse de loin les 70. J’ai parcouru la liste des morts, espérant ne pas y lire le nom de quelqu’un que je connaissais […] Je n’y ai vu personne, mais nombreux sont ceux qui n’ont pas eu cette chance.


Manifestation des Euromaidans à Kiev

Que pouvons-nous faire ?

Lutter contre l’impunité.

"Ces pertes en vies humaines, absurdes, sont très préoccupantes. Les autorités ukrainiennes doivent prendre toutes les mesures qui sont en leur pouvoir pour arrêter et prévenir le recours illégal à la force et aux armes à feu, à la fois par les policiers et par les groupes d’autodéfense qui sont de connivence avec eux. Tous les responsables présumés doivent être déférés à la justice", a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Il y a quelques mois Amnesty International a lancé une campagne mondiale contre l’impunité dont jouissent les forces de police en Ukraine. Tu peux retrouver cette campagne ici.

Tu veux comprendre les origines de la crise ukrainienne en 5 minutes ? Jette un coup d’œil sur cette vidéo.

Ukraine : comprendre les origines de la crise... par lemondefr

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris