Aung San Suu Kyi : Le combat continue

Le Myanmar/ Birmanie est toujours sous l’oppression de la dictature militaire qui étouffe le pays depuis 1962. Aung San Suu Kyi, toujours emprisonnée, ne baisse pas les bras. Elle a fêté son 65 ème anniversaire le 19 juin dernier.

Myanmar : état des lieux
Comme vous le savez le Myanmar/ Birmanie est ravagé par une dictature qui dure depuis 1962. La junte militaire au pouvoir depuis cette date reste intouchable, implacable et corrompue. Privant le pays de toute relation extérieure, la junte étouffe l’économie du pays qui chaque jour s’appauvri un peu plus. Bien évidemment, les populations sont les premières victimes de cette situation.
Inutile d’ajouter que les droits humains n’existent quasiment pas. Dans cette zone de non droits, où les pires crimes ont lieu, les populations sont oppressées, attaquées, déplacées, torturées, etc. Les journalistes et autres opposants au régime croupissent dans les geôles du gouvernement : environ 2100 personnes.

Pour plus d’information, vous pouvez visiter : http://www.birmanie.net/index.php

Prochaines « élections » : automne 2010

Des élections sont prévues à l’automne prochain. Le 9 mars dernier la junte militaire a explicitement interdit à Aung San Suu Kyi ainsi qu’à tout autre prisonnier politique, de participer aux élections. Le parti de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), dont elle est le leader, aura du mal à se faire entendre, voir à participer aux élections. Si ces interdictions persistent, elles assurent des élections d’emblée faussées et qui, une fois de plus, ne changeront pas la situation du Myanmar.

JPEG - 9.6 ko
Aung San Suu Kyi

Le 19 juin, Aung San Suu Kyi a fêté ses 65 ans !
Daw Aung San Suu Kyi, moteur de la résistance birmane, a fêté ses 65 ans le 19 juin dernier. Cette femme remarquable lutte depuis 22 ans contre le régime militaire qui oppresse et étouffe le pays depuis presque 1962. Elle combat sans relâche pour la liberté de son peuple et la mise en place d’un gouvernement démocratique, pour une société juste. Dès 1988, elle revient en Birmanie (après avoir fait ses études à l’étranger) pour lutter au côté de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), principal parti de l’opposition.
Elle est devenue une des personnalités politiques et l’une des militantes des droits humains les plus connues du pays.

Prisonnière politique

Pour son activisme politique et son opposition au régime, elle fera l’objet d’assignation à résidence à plusieurs reprises et de détention non officielle. Elle est une première fois emprisonnée 6 ans (de 1989 à 1995), puis encore 2 ans (2000 à 2002) et emprisonnée à nouveau en 2003. Pendant tout ce temps (presque 15 ans !), emprisonnée chez elle, le combat ne baisse pas les bras. Elle reçoit de nombreuses personnes pour les sensibiliser à sa cause. Elle leur dit : « S’il vous plaît, utilisez votre liberté pour promouvoir la nôtre ».

Aung San Suu Kyi a également reçu plusieurs prix pour récompenser le courage dont elle fait preuve dans le combat qu’elle a engagé pour la liberté. En 1990, elle reçoit le prix Sakharov, des droits de l’Homme du Parlement européen. La même année, elle se voit également attribué le prix Rafto pour les droits de l’Homme. Un an plus tard, elle reçoit le prix nobel de la paix. En 2000, Bill Clinton, Président des États-Unis remet la Médaille de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine.
Son courage est donc reconnu et soutenu par de nombreuses personnes.

L’injustice continue

Malgré tout le soutien qu’elle reçoit, elle est accusée de violation des conditions de son assignation à résidence et, est à nouveau condamnée à trois ans de prison et de travaux forcés en juillet 2009. La peine sera finalement commuée en 18 mois de résidence surveillée. Encore aujourd’hui, Aung San Suu Kyi continue son combat prônant la désobéissance civile non-violente, réclamant la justice, la liberté, l’égalité, etc. Elle représente pour tout un peuple, l’unique espoir. Un espoir qui demeure toujours emprisonné. Aung San Suu Kyi rejoint à nouveau les rangs des quelques 1200 prisonniers politiques du Myanmar. Un situation inacceptable contre laquelle nous devons nous révolter.

Le samedi 19 Juin, Aung San Suu Kyi a fêté ses 65 ans chez elle, interdite de sortie. Pour lui manifester notre support et protester contre son assignation à résidence, nous nous sommes mobilisés devant l’ambassade de Birmanie/Myanmar à Bruxelles. Ainsi, 4100 témoignages de soutien à Aung San Suu Kyi ont été rassemblés et transmis à l’ambassade.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris