USA : là aussi, on exécute des jeunes !

Les actions urgentes ont un impact réel sur les décisions concernant des jeunes condamnés à mort aux USA. Depuis, la loi américaine a changé et les éxécutions de mineurs (au moment du crime) sont interdites (comme le prévoit la Convention internationale des droits de l’enfant).

Jeffrey Franklin, Alabama, 2001 : le parquet renonce à requérir la peine capitale. Ses avocats ont déclaré à Amnesty qu’ils avaient la conviction que les réactions internationalesavaient contribué à ce dénouement ; à un moment, ont-ils indiqué, le nombre d’appels était tel que le télécopieur du parquet est tombé en panne.

Kenshawn Maxey, Nevada, 2000 : Ses avocats ont demandé que leurs remerciements les plus sincères soient transmis aux membres d’Amnesty. Dans ce même État, en 1999, l’avocat de Sean Dixon, un jeune homme accusé d’un crime commis alors qu’il avait 16 ans, a écrit à Amnesty : « J’ai le plaisir de vous informer que la campagne en faveur de Sean Dixon a porté ses fruits(...). Le procureur m’a fait savoir qu’il avait reçu plus de 200 lettres de membres d’Amnesty, bien qu’il refuse d’admettre que ces courriers aient pu jouer le moindre rôle dans sa décision de ne pas requérir la peine capitale contre Sean. Merci encore pour votre intervention. Je crois qu’elle a énormément contribué à ramener le procureur à de meilleurs sentiments. » La presse locale a également évoqué les appels lancés en faveur du jeune homme un peu partout dans le monde.

Brandon Brown, Pennsylvanie, 2002. Un journal local a publié un article soulignant que l’affaire avait « suscité une attention internationale » : « Des lettres condamnant la décision ont été envoyées de pays aussi lointains que la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni [...] Leurs auteurs déploraient tous la mort de Jasmine. Néanmoins, ils indiquaient également qu’ils ne voulaient pas voir l’État ôter la vie à une personne de 16 ans. »

Derrick Lester, Oklahoma, 1999 : le ministère public décide de ne pas requérir la peine de mort. Le juge avait évoqué à maintes reprises le nombre élevé d’appels en faveur du jeune homme qui parvenaient à son bureau, montrant même à l’avocate de la défense une boîte pleine de lettres et de télécopies.

Johnnie Lee McKnight,Caroline du Nord,1999 : le volume des appels envoyés par des militants d’Amnesty en faveur de a stupéfié ses avocats. Le bureau du substitut du procureur de district chargé du dossier avait été « submergé » d’appels et les journaux locaux avaient couvert l’action d’Amnesty International de façon favorable, notamment en invitant les participants à envoyer des lettres à leur rédaction. Les avocats de Johnnie McKnight estiment que les appels et la visibilité qu’ils ont donnée à cette affaire ont eu une impact considérable sur son issue : la peine capitale n’a finalement pas été requise.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris