L’éducation est un droit humain

« Les États parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation, et en particulier, en vue d’assurer l’exercice de ce droit progressivement et sur la base de l’égalité des chances », article 28 de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Un droit fondamental et un des Objectifs du Millénaire pour 2015

JPEG - 119.4 ko
Enfant, tailleurs de pierre au Bengale © Buddha Halder

L’éducation est un droit humain essentiel pour l’amélioration des sociétés. C’est non seulement un impératif dans la lutte contre la pauvreté mais c’est aussi un outil majeur pour l’amélioration de la santé et le respect de tous les droits fondamentaux.

Un enfant non scolarisé aura des difficultés à trouver un travail décent lui permettant de faire vivre sa famille, ne pourra participer à la vie politique de son pays, n’aura pas les mêmes chances de faire entendre sa voix. Une jeune fille non scolarisée a beaucoup plus de risque d’être mariée trop tôt et de devenir une jeune mère donnant naissance à ses enfants dans des conditions d’hygiène peu acceptables…

En 2000, lors du Sommet des Nations Unies pour les Objectifs du millénaire pour le Développement, 189 Etats se sont engagés à assurer l’éducation primaire pour tous (OMD2) et à promouvoir l’égalité des sexes (OMD3) pour 2015.

A cinq ans de l’échéance de ces objectifs, un constat s’impose : des progrès ont été réalisés mais, à ce rythme, près de 56 millions d’enfants ne seront pas scolarisés en 2015.

Des progrès, il y en a cependant eu ! En 1999, pas moins de 109 millions d’enfants n’avaient jamais été sur les bancs de l’école. En 2010, leur nombre était de 69 millions, soit une diminution de près de 40%. Aujourd’hui, 89% des pays en développement assurent l’accès à l’éducation pour tous leurs enfants (Rapport de l’UNESCO, Atteindre les marginalités, 2010).

Lutter contre les inégalités : favoriser les chances de 69 millions d’enfants d’aller à l’école !

Malgré tout, aujourd’hui encore plus de 69 millions d’enfants de part le monde, n’a toujours pas accès au droit à l’éducation. De nombreux obstacles en sont la cause.
Il existe de nombreuses discriminations envers les minorités, envers les populations pauvres et rurales, envers les personnes handicapées,…

Parce que je suis une fille... je ne peux pas aller à l’école

JPEG - 1.7 Mo
Filles traversant la rivière sur le chemin de l’école, Lavanneau, Haiti, 12 mars 2008 © AI

De plus, dans de nombreux pays, naître en tant que fille c’est naître avec un fameux désavantage. En effet parmi les jeunes qui ne reçoivent pas l’accès à l’éducation, la majorité sont des filles qui sont encore trop souvent discriminées.

Elles habitent au Pakistan, au Myanmar, en Bolivie, en Angola,… Elles ont entre 8 et 17 ans et, plutôt que d’être en classe, elles se sont en train de faire les corvées ménagères, de s’occuper de leurs petits frères ou de leur parent malade du Sida, voire en train de s’occuper de leurs propres enfants et de leur mari auquel elles ont été mariées très jeune (trop jeune)…

Des clichés ancrés dans les mentalités de certaines familles entravent le plein exercice de ce droit. D’autres parents voudraient envoyer leur fille à l’école mais ne le font pas à cause de l’insécurité ambiante qui règne sur les longues routes que celles-ci devraient emprunter pour rejoindre la classe.
Si certaines filles parviennent à éviter les violences sur le chemin de l’école (viols, kidnappings,…), elles se retrouvent parfois victime d’agressions à l’intérieur même de l’école ! Agressions à caractère sexuel de la part de leurs camarades voire parfois de leurs professeurs, moqueries, injures, menaces,… forment leur quotidien.

Le résultat : elles sont encore aujourd’hui pas moins de 44 millions à ne jamais avoir été sur les bancs de l’école.

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela

Pourtant l’éducation des filles est non seulement indiscutable, mais serait bénéfique pour d’autres droits qui sont interdépendants.
L’éducation a un impact important sur la capacité des filles et des femmes à revendiquer d’autres droits et à acquérir un statut social, à atteindre l’indépendance financière ou améliorer leur représentation en politique. Les mères éduquées sont plus susceptibles d’envoyer leurs filles à l’école, de se préoccuper de la santé de leur famille et d’avoir moins d’enfants. Elles sont aussi moins vulnérables à l’exploitation et moins exposées aux risques comme du VIH/sida.

Rejoins un de nos groupes-écoles actifs !

...

Je m’inscris